Sophie Rockwell
Album Classique
ET LA CHUTE 2009
lien photos

Et la chute - deuxième album

En 2009...c'est au Roth Händle Studio Stockholm avec Mattias Olsson que Sophie Rockwell enregistre ce deuxiè̀me album "...et la chute"

Le thème de l'album est une tentative d'effacement du temps, celui que l'on croit maîtriser et celui qui passe...Sophie n'en a pas fini avec la solitude et la fuite du temps qu'elle arrange d'éclats électroniques, de valses bancales et de silences tragiques.

Xavier Ferran assure la ré́alisation ainsi que l'interpré́tation de tous les instruments de l'album : mellotron, glockenspiel, vibraphone, harmonium et tant d’autres encore. Lles batteries sont confié́es à Mattias Olsson.

Les questions ordinaires est composée par Benoît Pimont. Cette folk song douce et tendue est une commande d'un directeur artistique de chez Sony, qui voulait entendre l'univers de L. Cohen en français.

Patrick Buret est producteur, ingé́nieur du son et mixeur de l'album.

Cet album marque sa première collaboration avec Alain Klingler qui co-é́crit avec elle Sur le pont promenade sur une musique de Dvorak. Cette chanson «hommage» est destiné́e à Ingrid Caven.

L'album reçoit le label «é́couté́ et approuvé́ » des Inrocks.

Et les titres Les étoiles tombantes ainsi que ...et la chute passent ré́gulièrement sur Fip et Radio Aligre.

C'est la troisième fois que Serge Levaillant l'invite dans son é́mission sur France-Inter Sous les étoiles exactement. Sophie en direct seule au piano chante Je pense parfois musique co-signé́e avec Fred Pallem.

C'est surtout dans la presse en ligne que l'album est repé́ré́. L'album reçoit quelques critiques é́tonnantes dont celle du magazine Indé́poprock qui reconnaît au fil des é́coutes « une musique bien plus courageuse qu’il n’y paraît, qui n’est pas sans é́voquer l’insondable tristesse d’El Perro Del Mar.

Dans Zicazic, Fred Desforges salue l'orginalité́ « qui devient une force , et on se prend à̀ appré́cier un peu, puis carré́ment à̀ adorer ce dé́pouillement musical plein d’ingé́niosité qui sait aider un morceau tout entier à s’appuyer sur une seule note, voire parfois sur deux, et à̀ marteler l’esprit avec un la ou avec un mi pour mieux faire passer un texte qui n’a parfois d’autre raison d’ê̂tre que celle justement d’ê̂tre un texte»

Sur le site Musiciensbiz la critique se termine par « Et la chute » est bien un disque différent » et donne l'occasion à Sophie Rockwell de ré́pondre à quelques questions, ici.

Ignatus ajoute une touche sensible sur le mag Benzine.